Des millions de recherches sont faites chaque jour par des passionnĂ©s de kizomba ou des danseurs en herbe pour savoir oĂč danser ce soir ou bien oĂč apprendre la kizomba. Il existe bien sur de nombreuses sources d’information plus ou moins facile Ă  utiliser et efficace. J’entends par efficace bien sur une source d’information qui donne des indications rapidement et qui n’oblige pas le danseur de kizomba Ă  chercher pendant de longues minutes avant d’accĂ©der enfin Ă  une liste des soirĂ©es kizomba proche de lui ou encore des clubs oĂč il pourrait pratiquer sa danse favorite !

Les principales sources oĂč vous pouvez trouver oĂč danser la kizomba ce soir ou bien de nombreux festivals sont selon moi au nombre de 3 : les sites spĂ©cialisĂ©s en kizomba, danses latines (ou mĂȘme danse en gĂ©nĂ©ral), Google et enfin les rĂ©seaux sociaux.

Si chacun de ces vecteurs peut se révéler un outil précieux pour trouver votre prochaine école de kizomba, workshops ou festival, ils présentent des atouts et des inconvénients différents que je vais détailler ici :

Les sites spécialisés dans la kizomba ou dans les danses latines

Ces plateformes spĂ©cialisĂ©es dans les danses latines que sont la salsa, la bachata et la kizomba sont trĂšs nombreuses et beaucoup sont arrivĂ©s pour la plupart avant les rĂ©seaux sociaux. Les premiers sites d’information sur les Ă©vĂšnements de danse datent des annĂ©es 90. Si certains n’ont pas su Ă©voluer avec les nouvelles technologies (applis, gĂ©olocalisation
), d’autres en revanche sont Ă  la pointe et pourront vous proposer des Ă©coles de kiz ou tout autre type d’évĂšnement. Pour n’en citer que quelques-unes, retenons Mapdance, Salsa-faurax ou encore Kizomba world.

Ces sites sont souvent le fruit de l’investissement de danseurs passionnĂ© par la kizomba voulant aider la communautĂ© des kizombeiros Ă  se dĂ©velopper. Ils reprĂ©sentent une source d’information importante alimentĂ©e par les organisateurs eux-mĂȘmes, ce qui garanti la plupart du temps un haut niveau de fiabilitĂ©. Les applications qu’ils ont dĂ©veloppĂ©es vous permettront d’accĂ©der directement Ă  vos prochains festivals, la plupart du temps sans publicitĂ© pour un confort maximal ! Sur ces sites spĂ©cialistes de la kizomba, vous pourrez parfois acheter vos billets en ligne pour vos prochains festivals de kizomba, Ă©couter des webradios, trouver des cours en ligne, **crĂ©er votre blog kizomba et mĂȘme bĂ©nĂ©ficier d'outil pour relayer de l’information sur votre propre site web (et ainsi rejoindre le rĂ©seau de la danse).

Google

Google est le principal moteur de recherche dans le monde et Ă  ce titre Ă©galement l’élĂ©ment central qui permet de savoir oĂč danser la kizomba. En effet, qui n’a pas un jour demandĂ© Ă  Google de lui donner des rĂ©sultats au sujet des Ă©coles pour apprendre la kizomba Ă  Paris, des clubs pour aller danser ce soir ou encore au sujet des prochains festivals de kiz en France ou Ă  l’étranger ?

C’est Ă  ce moment que les sites spĂ©cialistes de la danse se rĂ©vĂšlent encore plus utiles car ce sont eux qui apparaĂźtront dans les rĂ©sultats de recherche et vous pourrez trouver l’information souhaitĂ©e.

Les réseaux sociaux

Les rĂ©seaux sociaux constituent le 3Ăšme et vivier d’information au sujet de la kizomba et de la danse en gĂ©nĂ©ral. Bien sĂ»r Facebook en tĂȘte avec de bons cĂŽtĂ©s mais aussi de nombreux dĂ©sagrĂ©ments qui se rĂ©vĂšlent au fil du temps.

La simplicitĂ© d’utilisation des fonctionnalitĂ©s de base de ce rĂ©seau social et sa large diffusion sont ses principaux atouts. Cela a Ă©tĂ© un atout pour nombre d’associations ou Ă©coles de kizomba dans la publicitĂ© de leurs soirĂ©es, cours, stages
 Cependant, qu’en est-il de sa pertinence aujourd’hui et de la vision long l’impact Ă  long terme de l’utilisation de ce gĂ©ant ?

Facebook est-il un moteur de recherche ?

N’ayant pas Ă©tĂ© conçu pour ça, la rĂ©ponse est Ă©videmment non. En attestent les rĂ©sultats et les rĂ©sultats d’une pertinence discutable lorsqu’on recherche des cours de kizomba ou des stages de kizomba.

Quid des notifications et des partages ?

Leur quantitĂ© est tout simplement incroyable et la plupart d’entre eux peuvent ĂȘtre considĂ©rĂ©s comme du spam qui ne prĂ©sentent pas beaucoup d’intĂ©rĂȘt pour la plupart des utilisateurs. MĂȘme si Facebook essaie de limiter ces dĂ©rives, force est de constater que la majeure partie des posts ne dĂ©passent pas 10 likes, ce qui signifie bien qu’ils n’intĂ©ressent que peu de monde.

Si on parlait confort d’utilisation 😊

L’objectif final des rĂ©seaux sociaux Ă©tant d’accaparer toujours plus l’attention des utilisateurs pour leur transmettre de la publicitĂ©, il n’est pas Ă©tonnant d’en voir sur tous les Ă©crans. Cela nuit bien sur au confort d’utilisation. C’est malheureusement devenu le seul moyen pour vos posts soient vus. Si le mariage a Ă©tĂ© gratuit un temps, le jeu de la jarretiĂšre va coĂ»ter cher !

Et la vie privée dans tout ca ?

Le dernier point qui tend Ă  limiter l’utilisation de ces gĂ©ants est bien sur le respect de la vie privĂ©e et des donnĂ©es personnelles. Les scandales qui Ă©clatent, les vols de millions de donnĂ©es doivent probablement encourager Ă  la mesure et Ă  la recherche d’une dĂ©pendance la plus faible possible. Un usage Ă©quilibrĂ© en parallĂšle sites spĂ©cialistes de la kizomba rĂ©alisĂ©s par des amoureux de la danse doit certainement ĂȘtre une vision raisonnable et certainement plus humaine.

Vous avez un site web et souhaitez créer une alternative, une vision plus humaniste de la danse, contactez le réseau de la kizomba !